10 phrases pour calmer un enfant en colère

Les enfants, comme les adultes, ont de mauvais jours. Parfois, ils se mettent en colère, crient, donnent des coups de pied… Au lieu de crier et de se mettre en colère contre eux, nous pouvons utiliser les phrases qui suivent pour les calmer.

Impatience, agacement, agressivité : la colère sous toutes ses formes d’expression a mauvaise réputation. En effet, face aux pleurs et aux cris de son enfant, pas toujours évident de garder son calme. Pourtant, même si elle est parfois difficile à gérer, sachez que la colère de votre enfant est une émotion très utile. Cette émotion est très importante et elle indique ce qui se joue pour votre enfant quand il ne se sent pas bien. C’est un signal d’alarme, qui se déclenche en réaction à ce qu’il ne peut supporter.

Face à cette colère, nous avons tendance à nous bloquer et à essayer de résoudre cette crise en nous mettant en colère nous-mêmes, en criant. Mais, en faisant cela, nous aggravons les choses, nous ne résolvons pas le problème bien au contraire…

Voici 10 phrases qui pourraient l’aider à sortir de la crise.

Les mots peuvent blesser ou guérir. Nous allons voir ceux qui peuvent faire du bien, qui peuvent être magiques et, selon le ton que nous utilisons, peuvent aider à calmer une situation de colère chez les enfants.

1. Tu as le droit d’être en colère

Cette phrase est utile car vous lui rappelez ainsi que la colère n’est pas interdite, qu’elle est même parfois nécessaire. La colère lui permet de ne pas tout accepter, de s’affirmer, d’affiner sa personnalité, ses goûts. Mais il faut qu’il comprenne cependant que la colère peut lui porter préjudice, quand elle devient violente ou incontrôlable. Une fois la crise passée, il faudra travailler ensemble pour apprendre à votre enfant à identifier et comprendre ses émotions. Il doit savoir les accepter, car elles lui donnent une indication sur ce qui lui convient ou pas ou sur ses limites, mais il doit réussir à les apaiser. 

2. Tu es en colère, l’exprime-le différemment

Vous ne niez pas sa colère, avec cette phrase, votre enfant sent que vous avez de l’empathie pour lui, il a le droit d’être en colère. Rappelez-lui comment il doit faire : tu peux dire ce qui te met en colère sans hurler. Les gros mots ne sont pas utiles, tu peux dire la même chose en restant poli. Inutile bien sûr de lui dire qu’il ressemble à un bébé quand il est en colère. Rappelez-lui, également, comment vous faites, vous, quand vous êtes en colère : boire un verre d’eau fraîche, respirer calmement…

3. Ensemble, nous trouverons une solution pour que cela te convienne

Souvent, les enfants sont en colère et contrariés parce qu’ils sont frustrés d’essayer de faire quelque chose et que cela ne fonctionne pas. Si, à ce moment-là, vous dites à votre enfant des phrases comme : “Sois patient” ou “Ne pleure pas et essaie encore“, vous n’aidez pas votre enfant à gérer sa colère, et vous pouvez même aggraver la situation.

A ce moment-là, votre enfant a besoin de mots d’encouragement, de motivation et de confiance. Si vous vous impliquez et que vous lui apportez votre aide pour améliorer son exécution, la colère s’apaisera.

4. Si tu me parles tout doucement et sans crier, je comprendrai mieux

Si l’enfant réagit à une situation de colère en nous criant dessus, la première réaction serait de crier plus fort que lui, ce qui serait contre-productif et nous ne devons pas en arriver là. Nous allons essayer de lui faire comprendre qu’avec ce ton nous ne pouvons pas le comprendre ; il est important de le calmer et de lui parler nous-même calmement.

5. Tu es très en colère, n’est-ce pas ? Et si je te faisais un super câlin qui guérit tout ?

Parfois, les enfants, comme les adultes, ont une mauvaise journée et finissent par se mettre en colère pour tout et n’importe quoi, même eux ne savent pas pourquoi.

Mais pour l’instant, tout ce qu’ils demandent, c’est votre compréhension et votre amour. A ce moment, vous pouvez dire à votre enfant que vous avez la solution à sa colère et que c’est un super câlin qui guérit tout. Réconfort et câlins illimités régulent les émotions et assurent le bon développement du cerveau de votre enfant. Les câlins, caresses et paroles chaleureuses permettent en effet au cerveau de votre enfant de libérer de l’ocytocine, l’hormone du bien-être. Cela le sécurise et favorise des liens harmonieux avec son entourage.

6. Pourquoi tu jettes tes jouets ? Tu ne les aimes plus ? Tu es en colère contre eux ?

De nombreux enfants, lorsqu’ils sont en colère, réagissent en jetant tout ce qui les entouregénéralement leurs jouets

Le fait de lui dire « Quand tu jettes tes jouets, je me dis que tu n’aimes pas jouer avec. C’est ça? va faciliter l’expression des sentiments sans agressivité. La communication peut ainsi se faire car vous utilisez une tournure de phrase qui traduit votre point de vue, ce qui donne l’occasion à votre enfant d’en faire de même.

7. Et si tu me redisais ça avec ta voix normale ?

Il arrive que les enfants pleurnichent sans même s’en rendre compte. En leur demandant de reformuler ce qu’ils ont à dire avec leur vraie voix, vous leur apprenez que la façon dont ils s’expriment a de l’importance.

8. Tu es de quelle couleur ?

Vert, c’est calme. Jaune, énervé. Rouge, en colère. Là, moi, je suis dans le jaune et je vais vers le rouge. Et toi, quelle couleur es-tu ? Qu’est-ce qu’on peut faire pour repasser le vert ?

Donnez à l’enfant un moyen de visualiser son état. Vous serez peut-être surpris de sa réponse, et des solutions qu’il propose.

9. Viens me voir dès que tu seras prêt à en parler

Pourquoi cette phrase est utile ? Vous avez sans doute déjà vécu cette scène. Votre enfant est vexé, il boude, il ne veut pas avoir affaire à vous.  Alors, comment garder le lien avec son enfant dans ce cas de figure ? Grâce à cette phrase, vous lui laissez une porte ouverte. Dans ce moment d’énervement, il aura besoin de vous, pour se sentir aimé malgré tout et soutenu pour y arriver. Restez disponible pour lui. Laissez-lui le temps de reprendre ses esprits. Ayez confiance en lui : il viendra en ayant les idées plus claires et l’intention de trouver une solution et du réconfort auprès de vous. Quand il reviendra vers vous, asseyez-vous avec lui et écoutez-le. Ne le jugez pas, ne l’accusez-pas et surtout, ne l’ignorez pas.

10. Est-ce un gros, un moyen ou un petit problème ?

Cette petite question posée ainsi est extrêmement importante pour un enfant.
Pourquoi ? Parce qu’il commence à mesurer l’importance du problème et à chercher des moyens de le résoudre. Elle lui permet aussi de se décentrer et de faire un recadrage émotionnel.

Souvenez-vous que l’immaturité du cerveau de votre enfant ne lui permet pas de « réfléchir » à la situation ou encore de se calmer tout seul. Ces phrases pour calmer un enfant en colère peuvent être très utiles pour éviter les confrontations avec les plus jeunes. La violence ne sert à rien, elle ne fait qu’aggraver la situation et ne sera jamais une bonne option. Au contraire, l’amour, l’affection, l’empathie et votre respect seront essentiels.

L’enfant a besoin d’être accompagné dans cette tempête émotionnelle qu’il vit, sécurisé et écouté, avec vous à ses côtés.

Articles complémentaires:

7 points pour comprendre et accompagner les colères de l’enfant. – My Coach Parental

Comment gérer les crises de colères des tout-petits? – My Coach Parental

Comment faire pour accompagner les émotions débordantes de vos enfants. – My Coach Parental

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *