Chéri faut qu’on parle…pas toujours facile !

De nombreuses mamans ne savent pas comment verbaliser le manque de reconnaissance qu’elles ressentent. Bien souvent quand ce manque devient insupportable, il se traduit en colère, en ressentiment et en frustration, ce qui a tendance à boycotter leur estime personnelle et à abimer la relation.

Il n’est pas toujours facile de faire comprendre votre réalité de maman à votre partenaire. D’en parler sans reproche, sans invective. Je propose souvent aux femmes que je rencontre, de passer par la rédaction d’une lettre pour mettre des mots pesés, réfléchis sur son vécu et son ressenti. L’écriture manuscrite active la créativité et la réflexion, alors on trouve une feuille douce et un stylo qui glisse, pour poser chaque mot qui viendra alléger son cœur et sa charge mentale. Cette lettre pourra être ensuite donnée ou pas. Mais dans ce cas elle servira d’amorce à une discussion qui devra en tout cas, avoir lieu. L’écrire aura un premier effet libérateur, en parler sera thérapeutique.  

Je vous propose un texte inspiré de mon expérience et des nombreuses rencontres avec des mamans actives ou au foyer. Vous pouvez vous en inspirer en modifiant ou en intégrant votre réalité personnelle. Je vous encourage à écrire dans votre lettre ce qui vous préoccupe. Pas de ton accusateur, soyez factuelle. N’hésitez pas à ajouter un paragraphe où vous mentionnez ce que vous appréciez chez votre compagnon. La reconnaissance revient souvent comme un boomerang !

Mon amour,

Je t’écris cette lettre parce que j’avais envie de partager avec toi comment je vis ma réalité de vie de maman et de femme à tes côtés et aux côtés des enfants.

 La vie avec nos enfants est pour moi une source de bonheur, je vis des moments merveilleux avec eux et je les aime profondément.

Paradoxalement, je suis souvent envahie d’un sentiment de difficultés incommensurables. Juste de l’écrire ça me fait mal ! Je réalise que j’avais beaucoup d’attentes et je croyais que la présence des enfants ne m’apporterait que du bonheur ! Je ne croyais pas que ce serait aussi exigeant, aussi chargé émotionnellement, aussi contraignant au quotidien. Je croyais que je saurais d’instinct comment faire mais la vérité est que ce n’est pas toujours le cas. Quand ils pleurent, chouinent, se disputent, crient, boudent, je me sens tellement impuissante et parfois même incompétente. J’ai honte de te le dire mais je manque parfois de patience, je voudrais qu’ils me laissent un peu de répit. Moi qui étais convaincue que je serais toujours patiente, disponible, dévouée, je déchante souvent ! C’est vrai que j’ai tendance à être exigeante envers moi mais je veux tellement être une bonne maman. Je veux leur donner le meilleur et commettre le moins d’erreurs possibles qui pourraient nuire à notre relation. Comme tu peux le constater je ne me considère pas toujours à la hauteur, loin de là, c’est pourquoi j’ai besoin de t’entendre me dire que je suis une bonne mère !

Oui, j’ai besoin de ta reconnaissance. Après tout, tu es la seule personne avec qui je partage cette responsabilité et cela devrait être soulagement ! Aujourd’hui, toutefois, j’ai besoin de plus dans tes yeux et dans tes actes. Nos journées de travail sont exigeantes pour tous les deux, c’est pourquoi, j’émets le souhait que nous fassions équipe en respectant les forces, les talents et les limites de chacun.  Nos rôles sont différents et je veux te laisser de la place pour que tu puisses être un papa et un partenaire présent et investi. C’est vrai que dans certaines situations j’ai tendance à m’interposer, à prendre les choses en main, bêtement, par habitude, parce que c’est « mon rôle de maman et de femme ». Aujourd’hui sur l’affiche de notre vie de famille j’ai très envie que nos deux noms apparaissent, pour que nous soyons ensemble les vedettes de la construction de notre vie de famille.

Car pour tout te dire, j’ai l’impression de donner beaucoup à la communauté famille et de n’avoir que peu en retour. Oui, c’est vrai, j’ai parfois un bisou, un câlin, un « je t’aime » de ta part ou de celle des enfants.

Je me confie ici à toi, il me manque des mercis. Ou même juste une phrase qui me montre que mon travail n’est pas invisible à tes yeux.

Merci de prendre un charge toute la logistique éducative : les rdv médicaux, les activités sportives, les courses, notre vie sociale, l’administratif de notre famille, les réunions d’école…ou juste merci pour le repas, merci d’avoir rangé mon linge, merci d’avoir pensé à m’acheter des nouvelles chaussettes…

Il n’y a aucun reproche ici, car j’ai ma part de responsabilités, sans doute devrais-je communiquer davantage sur mes besoins. Promis, je le ferai, avec ton aide.

J’ai viscéralement envie qu’on avance comme une équipe qui se soutient moralement et verbalement dans les bons, comme les mauvais moments.

Je compte sur toi et avec toi.

Je t’aime

Se dévoiler, montrer sa vulnérabilité et ses fragilités demande du courage mais permet de créer de belles relations et de mettre à jour ces besoins.

Bonne écriture !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *