Le mardi 9 février a eu lieu la Journée internationale de sensibilisation aux usages numériques : l’occasion de relancer l’éternel débat sociétal sur les enfants et le temps d’écran. Un sujet d’actualité plus brûlant que jamais, puisque la consommation digitale des jeunes a atteint des niveaux record en cette période de pandémie.

D’après une étude sur la digitalisation de la vie familiale réalisée par la faireparterie, 89 % des moins de huit ans sont régulièrement exposés aux écrans – et ceci avant la pandémie. Pour le meilleur et pour le pire, les écrans jouent un rôle de plus en plus prépondérant dans le quotidien familial. À quel point influencent-ils les tout-petits ? Les inquiétudes des parents sont-elles toutes justifiées ? Explications et encadrement des usages.

La digitalisation de la vie familiale : de Candy Crush à Instagram

Sans surprise, la quasi-totalité des parents utilisent Internet tous les jours, et 52 % avouent être accros à leur smartphone. Des chiffres significatifs, quand on sait à quel point le comportement de Papa et Maman est déterminant : les enfants apprennent tout d’abord par imitation.

À partir de 3 ans, la plupart des enfants utilisent un écran interactif. Cette utilisation se traduit généralement par des jeux sur applications, sur tablette ou via le smartphone des parents. Non seulement 80 % des enfants s’intéressent aux écrans, 28 % les préfèrent aux jouets classiques ; ce qui n’est pas surprenant considérant le caractère addictif des jeux tels que Candy Crush Saga ou Angry Birds.

Les adolescents, eux passent près de 5h par jour en moyenne à l’âge de 11 ans et plus de 8 heures par jour à l’âge de 15 ans devant les écrans. Environ 83 % des jeunes de plus de 16 ans utilisent Internet tous les jours pour rester en contact avec leurs amis, jouer au jeux vidéo ou aller sur les réseaux sociaux. 

Signe supplémentaire de la digitalisation de la vie familiale, 30 % des bébés ont une empreinte numérique avant même de naître. Il est en effet courant pour les parents de partager l’échographie sur les réseaux sociaux. Cela relève d’une pratique nommée « sharenting », ou le partage des photos de ses enfants sur Instagram et Facebook. Une pratique qui, si elle est répandue, ne manque pas de détracteurs. En 2016, une jeune Autrichienne a même attaqué ses parents en justice pour violation de la vie privée.

Quels effets sur les enfants ? L’inquiétude des parents

Pour autant, les parents ne prennent pas le sujet à la légère. 97 % des parents interrogés affirment avoir mis des mesures en place pour encadrer l’usage des écrans. Parmi ces mesures, on compte le fait de fixer des horaires et d’éviter d’utiliser le smartphone devant les tout-petits. 58 % disent encourager activement leur progéniture à s’épanouir sans les écrans, craignant leurs effets notifs.

Les études publiées ces dernières années ont de quoi inquiéter : retards de langage, troubles de la concentration, capacités sociales réduites… le cerveau des tout-petits étant encore en état de construction, il est plus sensible aux méfaits du digital. Notons cependant que les études peuvent se contredire sur le sujet. Mais le consensus est que passer trop de temps sur le smartphone – une activité passive – peut empêcher l’enfant d’interagir créativement avec son environnement, ce qui est crucial pour son bon développement.

Pour la Société canadienne de pédiatrie, il y a écran et écran : la qualité du contenu compte. Les bons médias peuvent enrichir les connaissances des enfants et les bons jeux interactifs peuvent stimuler un apprentissage autonome. Si les écrans sont à utiliser avec modération, il n’est donc pas nécessaire de les bannir complètement : si les parents accompagnent leurs enfants dans l’apprentissage du digital, ils peuvent même se révéler bénéfiques !

Comment encadrer l’utilisation des écrans ?

  • Limitez l’utilisation des écrans et encouragez votre enfant à faire d’autres activités (ex. : activité physique, jeux société, casse-têtes, bricolage…). Il pourra ainsi développer de nouveaux champs d’intérêt. Facile à dire, me direz-vous! Mais si le  temps d’écran est ritualisé et inscrit dans un emploi du temps, vous verrez ça sera beaucoup plus facile à gérer.
  • Laissez votre enfant fermer lui-même l’écran . C’est une façon positive de le responsabiliser qui l’aide à accepter que son émission ou son jeu est terminé. Cela lui apprend peu à peu l’autocontrôle.
  • Évitez de supprimer le temps d’écran pour punir votre enfant. Cela ne fera que rendre les écrans plus attirants. Par contre, vous pouvez exiger que certaines choses soient faites avant de permettre à votre enfant d’utiliser un écran (ex.: ranger ses jouets, finir ses devoirs).
  • Prévenez votre enfant quelques minutes avant de lui demander d’éteindre son écran pour qu’il ne soit pas pris par surprise. S’il reste juste quelques minutes avant la fin de son émission, vous pouvez le laisser terminer. Éteindre en plein milieu d’un programme qu’il aime équivaudrait à éteindre votre écran cinq minutes avant la fin de votre série préférée!
  • Acceptez les crises. Si votre enfant se fâche lorsque vous lui demandez de fermer l’écran, tentez de rester calme et maintenez votre demande. Il est important que votre enfant soit capable d’arrêter une activité agréable quand c’est nécessaire. Cet apprentissage lui sera utile toute sa vie. Petite astuce: intéressez-vous aux jeux vidéo de vos enfants, essayez-vous à cette occupation avec lui, échangez sur vos impressions. Et puis engager un dialogue peut l’aider à prendre conscience progressivement qu’il est allé trop loin dans sa pratique et ainsi l’encourager à s’autoréguler en fixant avec lui un cadre et des règles d’utilisation.
  • Soyez un modèle pour votre enfant en limitant votre propre utilisation des écrans. Évitez donc d’allumer un écran dès que vous avez un moment libre. Petite astuce: un défi familial sans écrans pendant un jour (Bon…testez d’abord pendant une 1/2 journée!)

Rappelez-vous que même si les écrans font partie du quotidien, vous devez fixer des limites à votre enfant afin qu’il consacre aussi suffisamment de temps à d’autres activités. Apprendre à votre enfant à se servir des écrans de façon responsable est important, car les habitudes se prennent plus facilement en bas âge. Enfin, même s’il existe du contenu éducatif sur les écrans, votre enfant apprend mieux si vous êtes avec lui lorsqu’il les utilise. Alors, intéressez-vous à ce qu’il fait sur les écrans, en maintenant le dialogue en continu, pour éviter qu’il ne s’isole du monde réel.

Catégories : La gestion des écrans

Isabelle Pierce

Isabelle Pierce est coach parental et possède une expérience de 20 ans d’enseignement en maternelle, primaire et secondaire auprès de plus de 1000 élèves de 4 à 18 ans. Tout au long de ce parcours, elle s’est passionnée pour des approches complémentaires à la pédagogie classique, telles que : l’approche Montessori, les neurosciences et la PNL. Elle s’appuie aujourd’hui sur ses apprentissages, sur les conférences et les formations auxquelles elle continue d’assister pour aider les parents. Tous ces enseignements lui donnent des clés pour mieux communiquer avec les parents et pour mieux appréhender le comportement des enfants.