Comprendre le burnout parental

1/ Les symptômes

Certains sont surpris que l’on utilise ce terme dans le champ familial alors qu’il était auparavant réservé au domaine professionnel. Pourtant de nombreuses études depuis les années 80 prouvent que l’épuisement et la perte d’efficacité durable, ainsi que la dépersonnalisation des acteurs, partenaires et clients qui trouvent racine dans le travail sont tout à fait transposables à la vie familiale sous des appellations différentes. Depuis 2017, Isabelle Roskam et Moïra Mikolajczak docteures en psychologie, professeures et directrices de recherches à l’Université de Louvain mènent des études sur le burnout parental dans la population générale. Ces études montrent que le burnout parental est, comme le burnout professionnel, un syndrome caractérisé par un épuisement émotionnel et physique, une distanciation affective et une perte d’épanouissement et d’efficacité. Dans le burnout parental, l’épuisement concerne le rôle de parent, le parent se distancie émotionnellement de ses enfants, et la perte d’efficacité et d’épanouissement concerne le rôle parental. Ces études investiguent aussi la culture des genres et montrent que les pères qui s’investissent dans l’éducation de leurs enfants ont autant de risque que les mères de faire un burnout parental.

Deux autres éléments sont à prendre en compte pour identifier le burnout parental, c’est le contraste c’est-à-dire le changement d’attitude et de posture du parent, il n’est plus le parent qu’il était et encore moins celui qu’il voulait être. L’élément temps est aussi à prendre en considération car le burnout parental perdure avec un phénomène d’aggravation au fil du temps.

2/ Les Causes

Les enfants représentent une source importante d’épanouissement et de joies pour les parents mais en même temps peuvent être une source d’épuisement. On peut aimer ses enfants et pourtant se sentir épuisé dans son rôle de père ou de mère.

Mais tout n’est pas à mettre sur le dos des enfants ! En fait, la cause majeure vient d’un déséquilibre prolongé, trop longtemps, entre trop de stresseurs et pas assez de ressources. On peut facilement penser que les stresseurs sont liés aux comportement des enfants, à leurs particularités (handicap,TDAH, autisme, dys…) ou aux facteurs familiaux : monoparentalité, divorce…mais d’autres sont aussi à prendre en compte : les facteurs sociaux et démographiques (le nombre d’enfants, la surface habitable, les conditions de logement…), un idéal familial très fort avec un surinvestissement (le syndrome de la maman indispensable qui se sacrifie) …toutefois celui auquel on pense le moins ce sont les compétences émotionnelles des parents : savoir être à l’écoute de ses émotions !

On comprend alors aisément que chaque burnout à son histoire : la nature des stresseurs est différente d’une personne à l’autre.

3/ Les conséquences :

  • Irritabilité
  • Aggravation ou apparition de troubles de santé
  • Trouble du sommeil
  • Intensification des conflits
  • Baisse de la libido
  • Négligence éducatives
  • Violences verbales, physiques ou psychologique
  • Idée de fuite
  • Idées suicidaires
  • Passage à l’acte

4/ Comment s’en protéger ou s’en sortir

Nos vies de parents ne sont pas faites que de stress et de difficultés, il y a aussi des bonheurs-petits ou grands-au quotidien, des sourires partagés, des fêtes entre amis ou en familles, des fiertés… Ce qui va nous protéger du burnout c’est cet équilibre entre les facteurs de stress et ces ancrages de moments de bonheur.

L’autre protection c’est avoir la capacité de reconnaître et de réguler ses propres émotions et aussi celles de l’enfant mais également :

  • accepter l’imperfection parentale et l’imperfection tout court,
  • avoir une coparentalité satisfaisante (partage des tâches, coopération…)
  • avoir des routines rassurantes
  • être à l’écoute de ses besoins
  • appliquer une éducation consistante, bienveillante et respectueuse de chacun
  • savoir demander de l’aide

Ces différents points sont nos ressources. La recherche de ressources internes et externes n’est cependant pas si évidente à faire sans accompagnement car en situation d’épuisement tout l’espace psychique est envahi par les difficultés rencontrées et cela handicape la capacité à voir toute l’autre réalité et anéantit donc l’activation des ressources et toutes formes de créativité.

L’évolution vers la libération du burnout parental est bien sûr possible, l’accompagnement permettra au parent in fine de reprendre confiance dans ses compétences parentales, de s’accepter et s’aimer comme il est, en tant que parent imparfait qui fait de son mieux.

Je suis formée auprès du Training Institute For Parental Burnout créé par les Docteures en psychologie, Directrices de recherches et Professeures à l’Université de Louvain (Belgique) Isabelle Roskam et Moïra Mikolajczak et référencée comme professionnelle certifiée.
Catégories : Et moi dans tout ça

Isabelle Pierce

Isabelle Pierce est coach parental et possède une expérience de 20 ans d’enseignement en maternelle, primaire et secondaire auprès de plus de 1000 élèves de 4 à 18 ans. Tout au long de ce parcours, elle s’est passionnée pour des approches complémentaires à la pédagogie classique, telles que : l’approche Montessori, les neurosciences et la PNL. Elle s’appuie aujourd’hui sur ses apprentissages, sur les conférences et les formations auxquelles elle continue d’assister pour aider les parents. Tous ces enseignements lui donnent des clés pour mieux communiquer avec les parents et pour mieux appréhender le comportement des enfants.