Plein de bonne volonté, envie de bien faire, souci de contrôler…peut être que vos standards sont un peu haut placés ? Peut-être que vous imaginez que chez les autres tout se passe bien ?

Donc vous doutez et vous devenez particulièrement vulnérable au sentiment de culpabilité.

Ne seriez-vous pas trop exigeant avec vous-même ? Ca peut être une première piste. La deuxième piste peut venir de vos enfants. Certains peuvent être particulièrement difficiles dans ce cas lisez cet article dans mon blog :https://mycoachparental.fr/enfants-ingerables-parents-depasses/

Quoiqu’il en soit les messages de type « Tu dois être une mère parfaite, une épouse modèle et en plus assurer au travail » sont toujours présents dans un coin de votre tête. Un tel contexte ne peut que mettre la pression et laisser peu de place au droit à l’erreur et à l’épanouissement personnel. Plus de 60% des mamans avouent être dans ce schéma.

Alors on fait quoi ?

Tout d’abord en prendre conscience, puis cheminer vers l’approche que la conception du « bon parent » conduit inévitablement vers l’insatisfaction, la fatigue physique et nerveuse.

Au contraire, en ne visant pas cet impératif de perfection, de contrôle, en vous sur-investissant dans votre rôle de parent, vous pourrez abandonner l’idée d’être indispensable à tous et partout.

Ôtez-vous de l’idée que ces mères ou ces pères que vous croisez sont parfaits et meilleurs que vous ! Derrière les sourires, les visages angéliques des enfants, des habits propres et repassés, se cachent parfois des dysharmonies familiales peu enviables.

Alors soufflez, pensez à vous, à votre couple. Des parents qui soufflent permettent aux enfants d’en faire autant ! Vous leur apprendrez ainsi l’autonomie, sans être toujours sur leur dos. Et vous verrez qu’en étant davantage épanoui, vous serez plus calme et patient avec vos enfants. Un vrai cercle vertueux !

Alors surtout n’attendez pas le seuil critique du burn-out.

  • Si vous pensez que votre rôle de parent occupe l’essentiel de votre vie ( enfants de plus de 3 ans)
  • Si vous avez l’impression d’être au service de vos enfants
  • Si vous avez l’impression que vous n’avez plus le temps et plus l’envie de vous occuper de vous
  • Si crier, rabâcher, punir (sans résultat) vous pèse
  • Si vous avez du mal à solliciter de l’aide

VOUS ÊTES EN ZONE DE VULNÉRABILITÉ !

L’impératif est une meilleure prise en compte de vos besoins:

  • penser à soi
  • déléguer
  • s’organiser
  • demander et accepter de recevoir de l’aide

Il n’y a aucune fatalité: il faut replacer les curseurs de votre vie familiale au bon endroit

  • en mettant en place un cadre avec des règles claires
  • en se soutenant et en faisant front uni dans votre rôle de parents
  • en vous permettant et en permettant à vos enfants l’expression des émotions
  • en pratiquant une écoute active et empathique avec chaque membre de la famille
  • en partageant du temps de qualité avec chacun

Voici 2 liens qui vous permettront d’aller plus loin dans votre réflexion et dans votre envie de reprendre votre vie de famille en main:

https://mycoachparental.fr/faire-appel-coach-parental/

https://mycoachparental.fr/je-me-sens-nulle-comme-mere/

 

Catégories : Et moi dans tout ça

Isabelle Pierce

Isabelle Pierce est coach parental et possède une expérience de 20 ans d’enseignement en maternelle, primaire et secondaire auprès de plus de 1000 élèves de 4 à 18 ans. Tout au long de ce parcours, elle s’est passionnée pour des approches complémentaires à la pédagogie classique, telles que : l’approche Montessori, les neurosciences et la PNL. Elle s’appuie aujourd’hui sur ses apprentissages, sur les conférences et les formations auxquelles elle continue d’assister pour aider les parents. Tous ces enseignements lui donnent des clés pour mieux communiquer avec les parents et pour mieux appréhender le comportement des enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *