Il est têtu ou il y fait exprès? J’ai crié depuis la cuisine: A table! et je lui ai dit: « Mais avant, tu ranges ta chambre, tu mets bien tes jouets dans la boite et tes livres sur l’étagère…pense aussi à mettre tes pantoufles et n’oublie pas d’éteindre la lumière! » Résultat: il est arrivé dans la cuisine pieds nus et après vérification la chambre est toujours en bazar!!! C’est sûr, il y fait exprès!

Et bien non, et il n’est pas sourd non plus, il ne souffre d’aucune déficience intellectuelle qui l’empêche de comprendre vos propos. Pour reprendre mon exemple ce manque de compréhension et de coopération est dû à deux choses:

  1. la consigne est donnée d’une autre pièce
  2. la liste des choses à faire est bien trop longue

Alors vous devez toujours avoir en tête que les consignes doivent être:

  1. adaptées au niveau de développement de l’enfant. A 2 ans lui dire: « enlève tes chaussures, mets tes pantoufles et accroche ton manteau » c’est trop! Il faut séquencer les demandes, une à la fois. Et chaque fois que la consigne a été respectée, encourager l’enfant avec un compliment descriptif: « Tu as enlevé tes chaussures tout seul, sans que je t’aide, c’est agréable d’avoir un grand garçon autonome ». Même s’il ne comprend pas le mot autonome, il l’assimilera à quelque chose de positif, qui vous rend heureuse et il est fort à parier qu’il renouvellera ce comportement, juste pour avoir votre attention positive qui est son moteur pour progresser. Vers 3 ans, on peut intégrer le concept de temps dans notre demande: « Tu peux regarder un livre avant d’aller prendre ton bain ». A 4 ans, un enfant est capable d’enregistrer 3 actions consécutives: « Tu plies ta serviette, tu ranges ta chaise et tu poses ton assiette dans l’évier »
  2. concises et claires
  3. dites avec un débit assez lent
  4. prononcées en regardant l’enfant: le contact visuel engage davantage l’enfant, alors ne criez pas vos consignes d’une pièce à l’autre ou le dos tourné à votre enfant.
  5. utilisées au moment où l’attention de l’enfant n’est pas mobilisée par autre chose. Par exemple, pas quand il est devant la télé, car il ne prêterait qu’une oreille à ce que vous lui direz.
  6. vérifiées en faisant reformuler l’enfant. Alors pas avec un: »Tu as compris? » mais plutôt en lui demandant: « Qu’est ce que tu dois faire? », « Où est ce que tu dois accrocher ton blouson? »

Pour entraîner votre enfant à respecter les consignes et vous entraînez-vous aussi avec les 6 points ci-dessus, jouez ensemble. Les jeux de société sont une façon ludique d’intégrer des règles et de les respecter. Vous passerez ainsi du temps de qualité avec lui, cette attention l’aidera à se sentir valorisé et développera son estime de soi.

Catégories : La boîte à outils

Isabelle Pierce

Isabelle Pierce est coach parental et possède une expérience de 20 ans d’enseignement en maternelle, primaire et secondaire auprès de plus de 1000 élèves de 4 à 18 ans. Tout au long de ce parcours, elle s’est passionnée pour des approches complémentaires à la pédagogie classique, telles que : l’approche Montessori, les neurosciences et la PNL. Elle s’appuie aujourd’hui sur ses apprentissages, sur les conférences et les formations auxquelles elle continue d’assister pour aider les parents. Tous ces enseignements lui donnent des clés pour mieux communiquer avec les parents et pour mieux appréhender le comportement des enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *