Prendre soin des enfants, c’est exigeant et ça apporte son lot de stress (des demandes, des gestions de crises, des besoins particuliers, de l’intensité, des bruits et mouvements, etc.). En revanche, les enfants nous récompensent avec de l’affection et de merveilleux apprentissages sur soi-même. Bien sûr, nous devons être disposés à recevoir le tout. Lorsque nous sommes épuisés, stressés, déprimés ou anxieux, nous sommes beaucoup moins ouverts aux autres. Notre corps en entier (avec son mental !) est alors centré sur lui-même afin de récupérer. Dans ces moments, nous entendons souvent nos proches dire : « Prends soin de toi ! » Que signifie vraiment « prendre soin de soi » ?

Je suis certaine que si je vous dis de prendre soin d’un enfant, vous avez déjà des images associées au « comment ». Ça on sait plutôt faire. Par contre, prendre soin de soi…c’est pas tout à fait dans notre culture de crainte de passer pour une égoïste, parce qu’après tout c’est pas si compliqué d’élever un enfant, hein ?! Mais est-ce si égoïste que de prendre un moment pour soi ?

Vous connaissez maintenant mon grand intérêt pour les découvertes en neurosciences et bien connaissez-vous le « Réseau cérébral par défaut ». Ce réseau permet au corps de récupérer des effets négatifs du stress et joue un rôle majeur au niveau de la mémoire. Ce réseau s’active lorsque nous prenons une pause de stimulation, lorsque nos pensées vagabondent. Par exemple, il s’activera si nous faisons une activité réflexe qui ne demande pas un effort de concentration telle que faire du tricot, dessiner, peindre ou encore lorsque nous ne faisons… rien. Si nous voulons prendre soin de notre corps, de notre cerveau et de notre mémoire à long terme, donnons-nous les moyens !

Voici donc quelques idées pour vous aider à prendre soin de vous. Celles-ci auront pour conséquence de vous permettre d’être plus disponible pour les enfants et de mieux prendre soin d’eux.

  • Voir la partie « enfant » en vous et considérer ce dont elle aurait besoin. Ses besoins peuvent vous donner des idées sur ce que vous pourriez lui apporter. Par ailleurs, chercher ce que vous aimiez lorsque vous étiez enfant.
  • Vous dire ce que vous diriez aux autres pour les encourager à prendre soin d’eux.
  • Vous accorder un temps dans la journée pour ne rien faire, sans écrans. Je vous mets au défi de prendre cinq minutes dans la journée où vous ne faites absolument rien !
  • Préconiser des activités qui libèrent l’esprit : marcher, jardiner, dessiner, jouer de la musique ou en écouter, chanter, imaginer ou rêvasser.
  • Pratiquer des exercices de détente. Il en existe plusieurs types ; certains sont plus passifs, d’autres plus actifs. À vous de choisir selon vos préférences et votre personnalité (méditation, cohérence cardiaque, massage…)
  • Favoriser l’humour. Vous entourer d’amis avec qui vous avez du plaisir, avec qui vous riez.
  • Prendre le temps de prendre trois respirations profondes durant votre journée (encore plus lorsque vous ragez parce que vous êtes prise à attendre ou encore lorsque vous faites face à une situation qui vous met en colère).
  • Prendre un bain ou une douche, vous offrir un bain de pieds.
  • Vous permettre de faire une sieste durant la journée, même si le sommeil ne vient pas.

Si le stress, la fatigue, la déprime ou l’anxiété perdurent, vous aurez peut-être besoin de l’aide d’une personne extérieure pour prendre du recul et faire le point en ce qui concerne vos besoins. N’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé. 

En appliquant ces quelques propositions vous verrez que vous ne serez pas seul-e à en tirer bénéfice : vos enfants aussi en profiteront grandement. Pourquoi ?

1) Vous maîtriserez mieux vos émotions et servirez de modèle à vos enfants pour la gestion de leurs états émotionnels. Votre capacité à réguler vos émotions aidera l’enfant à réguler les siennes et produira un effet apaisant. Vous leur transmettrez une vraie compétence émotionnelle qui leur permettra d’être mieux armés face aux variétés d’événements de la vie.

2) Vous gérerez mieux votre quotidien, vous verrez mieux les priorités et donc vous gagnerez en efficacité.

3) Vous aurez davantage de recul et donc plus de ressources face aux situations d’adversité dans votre vie et dans celles de vos enfants.

4) Vous serez plus patient. La patience … une vertu à développer quand on élève des enfants, car ils adopteront nos comportements en grandissant.

5) Enfin vous serez plus à même de développer votre empathie. Vous savez cette capacité à se mettre un instant à la place de votre enfant et essayer de comprendre ce qu’il ressent (colère, rage, peur, tristesse ou frustration). Grâce à cette capacité vous pourrez alors mieux canaliser les situations de tension !

Alors prêt-e à prendre soin de vous ? Ça vaut la peine d’essayer pour votre bien être et aussi pour donner de bons outils à vos enfants !

Catégories : Et moi dans tout ça

Isabelle Pierce

Isabelle Pierce est coach parental et possède une expérience de 20 ans d’enseignement en maternelle, primaire et secondaire auprès de plus de 1000 élèves de 4 à 18 ans. Tout au long de ce parcours, elle s’est passionnée pour des approches complémentaires à la pédagogie classique, telles que : l’approche Montessori, les neurosciences et la PNL. Elle s’appuie aujourd’hui sur ses apprentissages, sur les conférences et les formations auxquelles elle continue d’assister pour aider les parents. Tous ces enseignements lui donnent des clés pour mieux communiquer avec les parents et pour mieux appréhender le comportement des enfants.