Rester à la maison avec ses enfants est plus difficile que d’aller travailler… Une étude le révèle.

 

Lorsqu’une jeune mère dit devant ses amis qu’elle est femme au foyer, il est fort probable qu’elle reçoive des réponses comme « tu as de la chance » ou « comme je t’envie !’’

Une étude intéressante, cependant, a été menée précisément sur cet aspect, et elle a trouvé quelque chose que beaucoup soupçonnaient : être parent est un travail absolument épuisant, bien plus qu’aller au bureau tous les matins !

La recherche a été menée par la multinationale Aveeno Baby en posant une série de questions visant 1500 couples qui venaient d’être parents. Voici les résultats :

31% des personnes interrogées (soit un parent sur trois) ont dit que rester à la maison est beaucoup plus difficile que d’aller au bureau. Avant de devenir parents, ils ne s’en doutaient pas du tout. 22 % ont également déclaré qu’ils ne pouvaient plus boire une tasse de thé sans être interrompu ; 33 % se sont plaints de ne plus jamais pouvoir manger avec les deux mains ; 17 % ont dit qu’ils devaient apprendre à vivre avec un mal de dos permanent depuis qu’ils sont avec leurs enfants à la maison.

Bref, même si l’amour pour les enfants est irremplaçable et que personne ne songerait à se repentir d’avoir fondé une famille, presque tout le monde a admis que l’éducation des enfants est en fait plus difficile qu’on ne le pense.

Pour certains parents habitués à aller au travail de 8h à 18h, rester à la maison avec un nouveau-né semble être la solution idéale. Cependant, cet idéal peut vite ressembler à un quotidien bien difficile. Oui, il est possible (en fin de compte) de survivre avec 4 heures de sommeil, mais à quel prix ? Devenir parent est une expérience incroyable, mais ce nouveau chapitre de la vie est également riche en stress et en inquiétudes. On ne s’en doute pas toujours…

Dans le reste du sondage voici d’autre chiffres : 55 % des parents confient qu’avoir un bébé est synonyme de “travail intense”, et 20 % admettent qu’être parent est “très difficile”. Ils sont nombreux à confier qu’être jeune parent est difficile, mais 48 % des personnes interrogées qualifient quand même le parcours de parent d’“expérience parfaite”.

71 % des personnes interrogées ont également admis que les réseaux sociaux les encourageaient à dépeindre leur nouvelle vie de manière compétitive. 22 % ont même confié que les plateformes sociales exacerbaient l’idée d’être le “parent parfait”.

Être parent est quand même facile pour un quart des personnes interrogées, mais l’étude conclut que fonder une famille nécessite beaucoup d’efforts, et ce peu importe le nombre de livres lus ou de recherches Google effectuées !

Alors travail ou maison, le débat restera ouvert.

Depuis que les femmes ont investi le marché du travail, maintenant libres de choisir une carrière au lieu de demeurer au foyer pour tout gérer en attendant leur tendre époux, un débat demeure :

Est-il plus fatigant de travailler à l’extérieur et de faire garder les enfants, ou de demeurer avec eux à la maison ? C’est un sujet fort sensible. Les mamans des deux côtés peuvent se sentir jugées et ressentir de la culpabilité face à leur choix.

Quand une mère part en « congé » maternité, on peut lui faire sentir qu’elle s’en va en vacances. Et si elle choisit de rester avec sa famille quelques années, on lui dit qu’elle a la belle vie. Par contre quand papa fait le même choix, il fait aussi face à des préjugés…

Mais est-il si reposant de s’occuper d’un petit être 24/24h ?

Non certes, mais qui a dit que la maison devait être rutilante, que le repassage devait être fait, qu’il fallait impérativement cuisiner chaque jour des légumes frais ? Ne culpabilisez plus si c’est le chantier chez vous, si votre lit n’est pas fait et si vous alternez pâtes, riz et semoule pendant une semaine ! Votre enfant lui ne vous en voudra pas, surtout si vous êtes en empathie avec lui et en auto-empathie avec vous !

Promenez-vous sur ce blog vous trouverez des articles qui pourront vous aider, comme celui-là: https://mycoachparental.fr/mais-pourquoi-jy-arrive-pas-avec-mes-enfants/

Il y a à peine 50 ans, la norme pour les femmes était de rester à la maison afin de s’occuper de leurs enfants ainsi que de toute la logistique domestique (cuisine, ménage, courses, etc.) De nos jours, la très grande majorité des femmes font des études et travaillent avant d’avoir des enfants, puis reprennent leur occupation professionnelle quelques mois (parfois quelques semaines) après la naissance de leur bébé, confiant ce dernier à une garde extérieure. Pourtant, même si elles sont souvent en marge des valeurs dominantes de la société, certaines mères restent attachées à des valeurs plus traditionnelles et choisissent la fonction de mère au foyer.

Pourquoi être une mère au foyer ?

Les femmes qui choisissent d’abandonner (définitivement ou provisoirement) leur carrière afin de se consacrer pleinement à l’éducation de leurs enfants invoquent plusieurs raisons.

Pour s’occuper de ce qui compte

D’abord, c’est bien évidemment le besoin viscéral de s’occuper elles-mêmes de leur progéniture qui pousse les femmes à devenir mère au foyer. En effet, elles trouvent inconcevable de confier leurs petits à des mains étrangères. Elles préfèrent être présentes lors de tous les apprentissages de leurs enfants, les voir grandir et évoluer, s’occuper de chacun des aspects de leur vie.

Pour une vie moins stressée

Ensuite, les mères au foyer affirment que la dynamique familiale au complet (vie conjugale comprise) bénéficie de ce changement, car le stress est beaucoup moins présent au quotidien. Ces familles ne subissent pas toute la pression qui est l’apanage de la vie moderne : se lever, manger à toute vitesse, préparer les lunchs, amener les enfants à l’école ou garderie, aller au boulot, récupérer les enfants, faire les courses, préparer le repas, etc.

Créer un modèle personnel

De plus en plus mamans font aujourd’hui le choix de la parentalité positive et inscrivent aussi ce choix dans le fait de rester à la maison. Même si on peut très bien avoir une éducation bienveillante tout en travaillant, certaines mamans préfèrent assurer ce rôle à temps plein, tout en investissant le papa bien sûr. C’est leur propre conception de l’épanouissement. Rester à la maison peut sembler dégradant ou sclérosant pour certains, mais c’est à la personne concernée de décider comment mener sa vie…

Quelques points à discuter en amont avec votre conjoint

Évidemment, la décision de devenir mère au foyer se prend à deux. Vous devrez aborder tous les sujets concernant ce mode de vie avec votre conjoint afin de ne pas avoir de mauvaise surprise par la suite. Voici quelques pistes de discussion :

Définir vos rôles et faire front commun : planifier le tour de rôle des courses, des tâches ménagères, des soins des enfants et du temps de qualité passé avec chacun. Rester en phase avec votre conjoint en prenant un temps quotidien d’échange sur ce qui fonctionne et ce qui est perfectible dans votre organisation. Partagez et soutenez-vous !

D’une manière générale, quels que soient les points qui vous viennent à l’esprit, il vaut mieux les mentionner avant de vous lancer et de les noter. Vous éviterez des incompréhensions et des malentendus !

Et quand les enfants auront grandi ?

Le grand avantage, dans notre société contemporaine, c’est qu’aucun choix n’est forcément définitif ! Contrairement à nos grands-mères qui restaient femmes au foyer toute leur vie sans avoir la possibilité de changer leur condition, nous pouvons décider de rester à la maison quelques années, puis de recommencer à travailler… Certaines femmes préfèrent retourner au travail lorsque leurs enfants sont tous à l’école, d’autres attendent qu’ils soient « grands » (après le secondaire), d’autres apprécient tellement leur rôle et leur routine qu’elles la conservent pour le reste de leur vie.

Bien sûr, il n’est pas toujours évident de retrouver un emploi stimulant après un gros trou dans votre CV, mais il est toujours possible de se réorienter, de prendre des cours de mises à jour, de créer une petite entreprise…

En conclusion

Sachez que personne à part vous ne sait ce qui vous convient le mieux. Vous souhaitez être une mère au foyer ? C’est une option parfaitement envisageable, à condition de s’en donner les moyens et garder en tête que l’éducation des enfants n’est pas chose aisée, mais qu’il existe des aides qui vous permettront d’avoir des outils pour piloter votre vie de famille en toute sérénité. Ne vous bornez pas à écouter les avis extérieurs pour prendre votre décision-travail ou maison- car c’est en vous-même que vous trouverez la solution.

Catégories : Et moi dans tout ça

Isabelle Pierce

Isabelle Pierce est coach parental et possède une expérience de 20 ans d’enseignement en maternelle, primaire et secondaire auprès de plus de 1000 élèves de 4 à 18 ans. Tout au long de ce parcours, elle s’est passionnée pour des approches complémentaires à la pédagogie classique, telles que : l’approche Montessori, les neurosciences et la PNL. Elle s’appuie aujourd’hui sur ses apprentissages, sur les conférences et les formations auxquelles elle continue d’assister pour aider les parents. Tous ces enseignements lui donnent des clés pour mieux communiquer avec les parents et pour mieux appréhender le comportement des enfants.