Je vais vous donner des astuces afin de vous faciliter la rentrée scolaire et la rendre moins stressante pour votre enfant. Il s’agit de mettre en place une nouvelle routine à la maison. Simple? Peut-être…mais suivez scrupuleusement ces conseils, vous verrez ils vont vous changer la vie!

La rentrée scolaire est souvent synonyme d’anxiété, le stress envahit l’enfant autant que les parents. En effet vous passez la moitié de votre journée à courir après le temps : la routine du matin, la garderie scolaire, le travail, les devoirs et leçons, le parascolaire, les courses, le repas, la routine du soir, et j’en passe…

Ne paniquez pas ! Il est tout à fait possible de faciliter la rentrée scolaire de manière à la rendre moins stressante pour l’enfant et aussi pour vous. Vous avez juste à mettre en place des rituels qui seront rassurants pour tout le monde et vous permettront d’être plus sereins dans la gestion du quotidien familial.

Qu’est-ce qu’une routine ?

En fait, réfléchissez bien : depuis la naissance de votre enfant, sans même vous en apercevoir, une routine était déjà établie pour son bien-être : les heures de la tétée, l’heure de la sieste ou du coucher, etc. C’était sécurisant pour le bébé, comme pour vous car vous saviez que vous n’aviez rien oublié. Les tout-petits ont en effet besoin de stabilité et de continuité. Vous n’aviez pas besoin de l’écrire, c’était instinctif de votre part.

Mais quand l’enfant grandit il est nécessaire qu’il se confronte aux règles et aux horaires de la famille et de l’école. Une routine, c’est donc dans un premier temps un horaire clair et précis afin d’identifier ce qu’il a à faire et dans quel ordre il doit l’exécuter. L’enfant adore être encadré même si parfois il rouspète contre les règlements. La routine est très sécurisante pour lui, elle permet de diminuer le stress et l’anxiété. La routine est différente d’une famille à l’autre, car nous devons tenir compte de notre mode de vie et des besoins spécifiques et précis de chacun de nos enfants, et ainsi l’adapter selon l’âge. Il faut donc l’établir en fonction de vos impératifs et de vos valeurs communes. Donc on y réfléchit à deux, si on est en couple!

Quand doit-on la mettre en place ?

J’aurais tendance à vous dire, le plus tôt possible, mais idéalement intégrez-la déjà vers l’âge de 3 ans. Mettez-la en place quelques temps avant la rentrée. À cet âge, l’enfant aime bien tout décider et se sent capable de faire tout par lui-même, mais il est encore tellement dépendant de l’adulte ! Votre enfant est parfois obéissant et très charmant et à d’autres moments un petit monstre. Donc il devient important d’avoir un horaire, une routine et une planification des tâches dans la routine, car à trois ans il est capable d’en exécuter quelques unes (ramasser ses jouets, mettre son linge sale dans le panier, arroser les plantes, essuyer la table, etc.).

Idéalement, les enfants qui entrent à l’école en septembre doivent reprendre la routine au moins deux semaines avant la rentrée. Pendant les vacances ainsi que la période des Fêtes ou en d’autres occasions, la routine est différente, un peu plus souple, mais après deux mois de vacances vous devez reprendre le contrôle, structurer et encadrer votre enfant.

Les bienfaits des rituels et la définition des règles

  • En aidant le jeune enfant à se situer dans le temps, les rituels et les règles lui permettent de visualiser les événements qui suivront.
  • Les rituels doivent toujours être simples compréhensibles et surtout constants.
  • Je suggère aux familles séparées de discuter de cette routine, car si papa ou maman respecte la routine et que les autres pas du tout, il n’y aura pas de constance et l’enfant augmentera son anxiété au lieu de la diminuer. Tout le monde qui gravite autour de votre enfant doit suivre la routine de la même façon.
  • Ils permettent aussi de favoriser son autonomie, car dans la routine, vous ajoutez les tâches qu’il devra respecter, c’est-à-dire les règles non négociables de la maison.
  • Le respect de la routine du matin et du soir contribue à renforcer les sentiments de stabilité et de sécurité chez l’enfant.

Voici un exemple de routine du matin que j’ai sorti de la boite à outils de mon blog

(oui je sais il y a 2 fautes sur ce poster…vignette 3 je prendS et vignette 5 Je faiS, mais je n’arrive pas à les corriger sur le document d’origine…)

Et les routines du soir

(d’autres ici https://mycoachparental.fr/pictogrammes-utiles-pour-rediger-les-regles/)

Quand vous décidez de mettre en place une routine, vous aurez une meilleure gestion de la discipline. Pourquoi ne pas faire participer l’enfant à la planification de la routine ? Ce sera pour lui plus facile de la respecter, car il l’aura instaurée avec vous.

Pensez donc aux pictogrammes si l’enfant ne sait pas encore lire et intégrez des tâches domestiques, il sera fier de lui et développera de l’autonomie. Même si l’enfant est petit (à partir de 3 ans), il apprendra très vite par cœur la séquence du tableau. Ex. : « Après mon petit déjeuner, je dois mettre mon bol/mon biberon dans le lave-vaisselle ». Sans même regarder sa séquence dans le tableau de la routine.

Disposez l’horaire de la routine bien à la vue et accessible à l’enfant pour qu’il puisse s’y référer à tout moment. Le renforcement positif encourage beaucoup l’enfant à poursuivre la routine et il favorise aussi une bonne estime de lui-même.

Si jamais votre enfant a tendance à prendre son temps pour exécuter une tâche (ex. : Jules prend 15 à 20 minutes pour s’habiller) demandez-lui d’exécuter cette tâche en 8 minutes et minutez-le avec un TimeTimer. S’il réussit, il pourra gagner une histoire supplémentaire le soir ou avoir droit à un bain à la place de la douche !  Et bien sûr le tout ponctué de Compliments Descriptifs ! (Contactez-moi, je vous expliquerai cet outil magique !).  Les enfants qui ont une routine à la maison depuis qu’ils sont tout petits s’en sortent mieux les premiers temps à l’école, ce sont des enfants qui ont beaucoup moins de difficulté à se conformer aux règles du système scolaire. Les devoirs et leçons sont pratiquement toujours faits, ils sont sécurisés dans n’importe quel milieu, ont souvent beaucoup plus de facilité à entrer en relation avec les pairs, (ça c’est mon expérience de Maîtresse qui parle !).

La routine de fin de semaine

La routine de fin de semaine peut être plus souple, mais encadre quand même l’enfant. Ça permet aussi à l’enfant de ne pas passer la fin de semaine devant la télévision ou devant son jeu vidéo. Elle lui permet aussi d’explorer des activités différentes et pour vous c’est une solution pour intégrer des activités familiales de loisir, de jeux qui viendront renforcer votre lien avec votre enfant !

Pendant les jours de vacances, les congés scolaires, la fin de semaine, etc., les imprévus (des invités à souper, une sortie en famille, etc.), il est primordial d’aviser l’enfant le plus tôt possible dans la journée des changements à l’horaire afin de préserver « le côté sécurisant ».

Votre rôle

  1. Dans la mesure du possible mettez en place l’horaire de la routine avec l’enfant. En le faisant coopérer vous vous assurez d’autant plus de la réussite de cette stratégie.
  2. Pensez à communiquer cette routine et ses règles aux personnes qui gravitent autour de l’enfant.
  3. Préparer votre enfant à cette routine et ses règles en lui communiquant en amont. Il faut donc faire une Discussion Préparatoire qui est très efficace pour l’aider à mieux accepter ce nouveau mode de fonctionnement.
  4. Encourager votre enfant avec des Compliments Descriptifs.

Ce n’est pas toujours évident d’établir une routine à la maison. C’est pourquoi il est important de l’envisager bien en amont de la rentrée des classes. Allez, ne procrastinez pas, pensez-y dès aujourd’hui. Rappelez-vous que dans la communauté My coach parental on est PROACTIF !

Catégories : École

Isabelle Pierce

Isabelle Pierce est coach parental et possède une expérience de 20 ans d’enseignement en maternelle, primaire et secondaire auprès de plus de 1000 élèves de 4 à 18 ans. Tout au long de ce parcours, elle s’est passionnée pour des approches complémentaires à la pédagogie classique, telles que : l’approche Montessori, les neurosciences et la PNL. Elle s’appuie aujourd’hui sur ses apprentissages, sur les conférences et les formations auxquelles elle continue d’assister pour aider les parents. Tous ces enseignements lui donnent des clés pour mieux communiquer avec les parents et pour mieux appréhender le comportement des enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *